Echanges Campus FLE Education

Communication - Collaboration - Projets interculturels

Tâche PO et PE: Visite Bibliothèque virtuelle

 

Nous allons découvrir des oeuvres littéraires en ligne

A. ÉTAPES CONSULTATION

A1. Visitez le site: Gallica - Bibliothèque Nationale de France

- Ecrivez le nom d'un écrivain dans la case Recherche / Busqueda

- Cliquez sur l'une des images du livre ou sur Accès au document

 

A2. Visitez le site Wikisource - La bibliothèque libre

- Sélectionner le nom d'un écrivain sur l'Index des auteurs

- Cliquez sur l'une des oeuvres

 

B. ÉTAPES PRODUCTION ORALE

1. Sélectionnez un extrait texte ou poème de l'ouvrage consulté.

2. Enregistrez le texte en lisant à haute voix (StepVoice Recorder -Jamglue - Twaud.io)

3. Déposez le texte et votre enregistrement dans les "Commentaires" et indiquez le lien audio de votre podcast.

PISTES COMPLEMENTAIRES

Bibliothèques électroniques

Ressources - Littérature

Audio / Vidéo Littérature - Agoravox

 

GRILLE MÉTHODOLOGIQUE

1. CONTEXTE PÉDAGOGIQUE 

Lieu / support / canal  salle d'ordinateurs / Web / Réseau social / Campus Virtuel
Relation pédagogique  en présentiel ou à distance  /en autonomie / tâche pédagogique dirigée 
Niveau de langue  A1 - A2
Type d'activité  Tâche pédagogique: CE, PE, PO
Tutorat / Autocorrection  à distance (voie réseau social éducatif)
ou en présentiel: accompagnement, correction et évaluation par l'enseignant ou tuteur

2. OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES 

COMPÉTENCES COMMUNICATIVES LANGAGIÈRES
COMPÉTENCES LINGUISTIQUES

Compréhension orale 

Compréhension écrite Lecture de la documentation pédagogique (Sites web)
Production orale Enregistrement du travail /exposé, via magnétophone web
Production écrite Rédaction du travail/exposé

3. PROCESSUS

 Voir:  A. ÉTAPES CONSULTATION

          B. ÉTAPES PRODUCTION ORALE

4. PISTES ET CONSEILS

Voir:   PISTES COMPLÉMENTAIRES

5. RÉSULTATS

Les étudiants déposent leurs textes/travaux dans les "Commentaires" du Blog/Réseau social. Les enregistrements Audio sont dans les espaces podcasts (Twaud.io), signalés par des liens ou des lecteurs audio.

 


Vues : 1989

Commenter

Vous devez être membre de Echanges Campus FLE Education pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Echanges Campus FLE Education

Commentaire de Irma Tissa le 30 mars 2010 à 13:38
"le chat" Baudelaire: http://twaud.io/4F1
Mon espace twaudio:http://twaud.io/users/irmatissa
Texte écrit:

Viens, mon beau chat, sur mon cœur amoureux ;
Retiens les griffes de ta patte,
Et laisse-moi plonger dans tes beaux yeux
Mêlés de métal et d’agate.

Lorsque mes doigts caressent à loisir
Ta tête et ton dos élastique,
Et que ma main s’enivre du plaisir
De palper ton corps électrique, [ 80 ]

Je vois ma femme en esprit ; son regard,
Comme le tien, aimable bête,
Profond et froid, coupe et fend comme un dard,

Et des pieds jusques à la tête,
Un air subtil, un dangereux parfum
Nagent autour de son corps brun.

Commentaire de Irma Tissa le 30 mars 2010 à 13:25
IL était une fois, dans une ville appelée Bohum, un jeune homme de famille riche nommé Guy, qui rencontra dans les bois, pendant qu’il faisait un peu de sport, une jeune orpheline. La jeune fille était noire et s’appelait Andrea. Elle était toute dégueulasse et avait un regard timide qui exprimait la misère. Le gentil homme touché par ce triste regard, decida de l’emmener chez lui. Pris de pannique, la jeune démoiselle s’écria d’une voix timide: -“monsieur s’il vous plait, ne me tuez pas , j’ai… j’ai rien fait de mal au monde, je vous promets que j’ai rien fait, je suis désormais seule sur cette terre et je ne voudrais pas mourrir maintenant, comme mes parents, s’il vous plait, aidez moi” Guy lui répondit:
-“ne vous en faites pas mademoiselle, je veillerais sur vous, promis” Et les deux allèrent à pas feutrés à la demeure de Jeune monsieur. La-bàs, ce dernier lui donna une chambre et s’occupa d’elle comme il l’avait si bien promis. Les parents du jeune homme s’opposèrent à ce qu’Andréa vive chez leur fils. Mais Guy stipula qu’il garderait cette gamine aussi longtemps que possible. Des mois passèrent, c’est ainsi que Guy tomba épérdument amoureux d’Andrea et décida de faire d’elle son épouse, malgré le mécontentement de ses parents qui estiment que le mariage entre riche et pauvre serait imposible (moins encore avec une orpheline de peau noire), Guy ne changea pas d’avis, il célebra son mariage.
Quelques mois plus tard, la cadette de Guy tomba gravement malade , et ses parents décidèrent que lui, Guy aille rendre visite à sa soeur, vu qu’ils étaient trop vieux pour éfféctuer ce voyage; alors Guy se rendit au chevet de sa soeur qui agonisait presque.Il partit et laissa sa femme dans une de ses villa, anceinte de 5 mois. C’est ainsi que ses parents profitèrent de son absence pour metre du feu à la maison où dormait Andréa. Sa chambre était remplit de fumée: heureusement pour elle, arriva un ange et il la sauva.La pauvre trés boulvérsée, remercia Dieu pour la durée de vie qu’il ne cesse de lui accorder.
Trois jours aprés l’incendie, Guy revint à la maison trés inquiet, et dit à Andréa:
-“femme j’ai eu de tes nouvelles, Dieu merci t’es en vie. Mais je t’annonce que ma soeur mourra dans peu de temps si ma famille et moi, ne trouvons pas de donneurs de sang pour elle. Son groupe sanguin est “B”, or, mes parents et moi avions cherché ce sang,mais Hélas!” Toute la famille se retrouva à la deuxième demeure de Guy pour essayer de discuter et apporter une solution au problème de Nana.Tous étaient malheureux vu la situation de Nana.
Andréa resta un moment les yeux rivés vers le ciel, et dit:-“je crois avoir la solution au problème de ma belle soeur” .-“ Hum, la solution?” Murmura la belle mère d’Andréa,
-“oui la solution” repliqua Andréa, ensuite sa belle mere ajouta: -“ dis nous alors quelle est cette solution venant de toi” Andréa prit la parole et dit:-“mon groupe sanguin est “B”. ‘A ces mots, tous l’écoutèrent attentivement. Puis elle continua: “ mais je crois ne pas pouvoir vous aider puisque vous êtes de race blanche et de sang propre, et moi de race noire et de sang sale” Son époux affligé par un tel langage venant d’elle lui répondit sans tarder et dit: -“ non ma cherie, la couleure de la peau n’est certainement pas la même entre les hommes, mais le sang, si, il est le même. Tu peux bien évidemment aider ta belle soeur” Andréa donna donc son sang, et sauva ainsi Nana. Depuis ce jour,elle reçut des excuses et du respect de la part de sa belle- famille. Et ces derniers comprirent enfin qu’en amour, il n’ existe ni frontières, ni couleurs , si non que le plus important est ce qu’ a l’être humain de bon au plus profond de son coeur.
Et que tous les hommes, riches, pauvres, noirs, blancs, jaunes, marrons…. Tous sont égaux.


Commentaire de Judicael Mbella le 23 mars 2010 à 15:03
Guy de Maupassant, Une Vie

Elle sortait maintenant du couvent, radieuse, pleine de sèves et d’appétits de bonheur, prête à toutes les joies, à tous les hasards charmants que, dans le désœuvrement des jours, la longueur des nuits, la solitude des espérances, son esprit avait déjà parcourus.

Elle semblait un portrait de Véronèse avec ses cheveux d’un blond luisant qu’on aurait dit avoir déteint sur sa chair, une chair d’aristocrate à peine nuancée de rose, ombrée d’un léger duvet, d’une sorte de velours pâle qu’on apercevait un peu quand le soleil la caressait. Ses yeux étaient bleus, de ce bleu opaque qu’ont ceux des bonshommes en faïence de Hollande.

Elle avait, sur l’aile gauche de la narine, un petit grain de beauté, un autre à droite, sur le menton, où frisaient quelques poils si semblables à sa peau qu’on les distinguait à peine. Elle était grande, mûre de poitrine, ondoyante de la taille. Sa voix nette semblait parfois trop aiguë ; mais son rire franc jetait de la joie autour d’elle. Souvent, d’un geste familier, elle portait ses deux mains à ses tempes comme pour lisser sa chevelure.

Pour écouter une version oral de ce extrait de texte, veuillez visiter: http://twaud.io/5Zt
Mon espace twaudio: http://twaud.io/users/moupita
Commentaire de marlene le 21 mars 2010 à 15:28
Baudelaire, "Les Fleurs du Mal": Don Juan aux Enfers

Quand Don Juan descendit vers l’onde souterraine
Et lorsqu’il eut donné son obole à Charon,
Un sombre mendiant, l’œil fier comme Antisthène,
D’un bras vengeur et fort saisit chaque aviron.

Montrant leurs seins pendants et leurs robes ouvertes,
Des femmes se tordaient sous le noir firmament,
Et, comme un grand troupeau de victimes offertes,
Derrière lui traînaient un long mugissement. [  39 ]

Sganarelle en riant lui réclamait ses gages,
Tandis que Don Luis avec un doigt tremblant
Montrait à tous les morts errant sur les rivages
Le fils audacieux qui railla son front blanc.

Frissonnant sous son deuil, la chaste et maigre Elvire,
Près de l’époux perfide et qui fut son amant,
Semblait lui réclamer un suprême sourire
Où brillât la douceur de son premier serment.

Tout droit dans son armure, un grand homme de pierre
Se tenait à la barre et coupait le flot noir ;
Mais le calme héros, courbé sur sa rapière,
Regardait le sillage et ne daignait rien voir.

Pour écouter la version orale: http://twaud.io/53D
Mon espace twaudio: http://twaud.io/users/lene5989

© 2017   Créé par Campus FLE.   Sponsorisé par

Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation